« La justice climatique sera-t-elle la prochaine justice internationale ? »

France Culture, 12/11/2010.

Une intervention de François Gemenne sur l'antenne de France Culture, dans le cadre de l'émission « Le Champ des possibles » (vendredi 11 novembre, 18h20-19h00).

Présentation de l'émission :

« En décembre de l’année dernière, au moment de la conférence de Copenhague, les États fédérés de Micronésie, menacés par la montée des eaux liée aux bouleversements climatiques, ont demandé à la République Tchèque un droit de regard sur le projet de modernisation et d’élargissement de la centrale au charbon de Prunerov, en Bohême du Nord, située à quelques 13 000 km de chez eux.

Cette requête ne fonde pas un cadre juridique précis, mais ouvre néanmoins de singulières perspectives. Verra-t-on prochainement le dynamique président des Maldives, Mohammed Nasheed, intenter un procès à Barack Obama pour obtenir réparation des dégâts causés à son pays par le principal pollueur de la planète ? Peut-on imaginer que les acteurs de la justice climatique ne soient pas seulement des ONG, des États ou des entreprises mais aussi des paysages, la planète ou la nature elle-même ? Et la forme de cette justice climatique devrait-elle alors être plutôt rétributive, c’est-à-dire fondée sur l’idée de réparation des torts causés, ou davantage distributive, c’est-à-dire centrée sur l’impératif d’égalisation maximale des ressources ?

Il n’est peut-être pas nécessaire d’en passer par un Nuremberg du climat pour faire progresser cette justice climatique, mais la dimension planétaire des questions environnementales réclame sans doute une redéfinition des modes d’action juridiques internationaux. [...] »

>> Écouter l'émission en ligne