Download
  • ST0516 AM CC Réunion trajectoires futur
By downloading this publication, I accept the terms of use and reproduction of any document of Iddri.

Reunion Island's coastal zones facing sea-related risks: stakeholders' visions of the future

Studies N°05/2016. Iddri, 2016. 34 p.

The goal of this text, based on interviews conducted in the field, is to highlight the future visions of stakeholders in Reunion (in the South-West Indian Ocean) of the island’s coastal vulnerability to risks related to the sea. It considers two timeframes, the “near future” (by 2025) and the “distant future” (2050), and is part of the VulneraRe research project (“Reunion’s coastal vulnerability to risks related to the sea: examining the past to inform the future”, 2011- 2016). This study shows that for stakeholders today, the recent trends in the major components of vulnerability to risks related to the sea will continue in the future: coastal erosion, an increase in risk exposure, a reduction in natural terrestrial buffer zones, etc. However, neither maintaining positions on the coast nor strategic withdrawal should be systematically applied, since adaptation to climate change instead requires a balance between these two positions.

KEY MESSAGES [in French]:

  • DES LITTORAUX EXPOSÉS

Les littoraux de l’île de la Réunion sont des lieux-clés de développement et d’occupation humaine, ce qui pose la question, dans un contexte de changement climatique, de leur exposition actuelle et future aux risques liés à la mer (érosion côtière et submersion marine notamment).

  • INTERROGER LES « VISIONS DU FUTUR »

Cette étude propose une analyse de la vision que les acteurs locaux institutionnels et économiques ont de la vulnérabilité future de ces littoraux, sur la base de 29 entretiens réalisés entre janvier et mars 2015. Comprendre comment les acteurs perçoivent les risques futurs et leurs moyens d’action pour y faire face est une composante majeure de la réflexion sur les stratégies d’adaptation au changement climatique, notamment parce qu’elle renseigne en partie l’aptitude d’une société à changer de modèle de développement littoral.

  • DÉPASSER LE SCÉNARIO DOMINANT DU « BUSINESS-AS-USUAL »

Les résultats montrent une certaine convergence des visions d’acteurs autour de la poursuite, dans avenir proche (2025) comme lointain (2050), des tendances récentes pour les grandes composantes de la vulnérabilité : accroissement de l’érosion côtière, augmentation de l’exposition des enjeux humains, diminution de l’étendue et de la surface des zones tampons terrestres naturelles (plages, dunes, végétation côtière), et renforcement de la politique de défense des côtes. En termes de stratégie de réponse, les acteurs plébiscitent essentiellement le maintien des positions sur le littoral. Or, cette vision du « business-as-usual » pose problème du point de vue de la démarche d’adaptation au changement climatique qui, elle, suggère une transformation profonde des modes d’occuper le littoral. Les résultats font toutefois émerger une vision alternative favorable au « retrait stratégique ». Bien qu’encore minoritaire, elle représente peut-être un signe d’ouverture sur d’autres formes d’aménagement du territoire.