Télécharger l'annonce en format PDF

Le programme Biodiversité et écosystèmes et les changements d’occupation des sols

Les changements d’occupation des sols ont été repérés comme la première cause de la crise de la biodiversité mondiale. Ces changements, principalement dus à l’agriculture, pointent vers l’un des enjeux-clés de l’époque en matière de biodiversité : trouver des trajectoires de développement qui répondent à la fois aux besoins de développement, de préservation de la biodiversité et du climat. La déforestation et ses liens avec les commodités agro-alimentaires, en particulier, est au centre de ces préoccupations, et l’Iddri souhaite maintenir et développer sa présence et ses activités dans ces domaines, en renforçant son équipe avec un chercheur ou une chercheuse expérimentée sur ces questions.

Les thèmes de travail

Le programme ambitionne de développer des activités dans les domaines suivants :

  • Déforestation « importée » par l’Union européenne et commodités agro-alimentaires : stratégies de filières, stratégies de durabilité, processus national et européen de lutte contre la déforestation importée, stratégies commerciales et inscription de la biodiversité dans les accords commerciaux, évaluation et appui aux initiatives privées ou publiques de garanties « zéro déforestation »…
  • Trajectoires de développement agricoles et rurales dans les pays en développement compatibles avec les enjeux de biodiversité, de climat et de développement (usage des terres et leur évolution / modélisation, dynamiques d’occupation et de gestion des territoires…)

Descriptif du poste

Sous la supervision du directeur du programme, et dans le cadre d’une nouvelle initiative de l’Iddri sur le commerce et le développement durable prévue pour trois ans, le chercheur ou la chercheuse « Biodiversité et occupation des sols » sera chargée de mettre en œuvre les activités mentionnées.

À cette fin, elle/il contribuera notamment à :

  • L’analyse critique de la dynamique des marchés d’une part, et des initiatives prises pour la durabilité d’autre part (gouvernementales, d’entreprises et des ONG), dans le domaine des commodités impliquées dans la perte de biodiversité dans les pays du Sud (viande, huile de palme, soja & maïs, cacao/café, etc.), l’entretien du réseau des acteurs et du fonds de connaissance sur ces questions.
  • L’étude des impacts de la politique commerciale, et notamment des accords bilatéraux de l’Union européenne, sur la déforestation, et la réflexion pour la réforme des règles européennes et mondiales (OMC) pour ces questions.
  • L’analyse agro-économique des options agricoles et des trajectoires de développement rural des pays du Sud (ex. Indonésie, pays du bassin du Congo, etc.) en termes d’allocation de l’espace et de perte / gain d’espaces à haute valeur ajoutée écologique et de trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre.
  • La recherche de partenariats techniques et / ou financiers pour le développement des activités dans ces domaines, le montage et la gestion de projets dédiés, en lien avec les instances françaises, européennes, et internationales.
  • La valorisation opérationnelle pour dégager les implications des résultats obtenus en termes de recommandations possibles pour les politiques de la France, de l’UE et des pays producteurs.

La / le chercheur(e) aura ainsi la possibilité :

  • de s’intégrer à une équipe dynamique de chercheurs et de chargés de mission sur le développement durable, fortement impliqués dans la mise en œuvre des politiques d’environnement à l’international et en France, et adossée à Sciences Po ;
  • de contribuer à un programme et une initiative innovants, se déroulant sur plusieurs années, en lien avec une organisation majeure de l’aide au développement, des partenaires publics et privés de l’environnement et des chaînes de valeur internationales.
  • de valoriser ses apports et ses résultats par la publication (scientifique et « policy oriented » ), la communication et l’intervention auprès des acteurs du secteur.

Qualifications et compétences requises

  • La personne retenue est dotée d’un diplôme de troisième cycle (master ou doctorat) , préférentiellement dans les domaines de l’agro-économie et de la foresterie,  et d’une expérience de 5 ans au moins, dans le champ de la recherche ou de l’expertise.
  • Maîtrise courante de l’anglais indispensable, à l’écrit comme à l’oral, pratique du français requise
  • Une connaissance ou une expérience des enjeux techniques de la production agricole ou forestière, et un intérêt et une sensibilité aux enjeux de la biodiversité    
  • Expérience de la recherche, de la publication et des processus de décision nationaux ou internationaux dans les domaines cités.

Autres compétences :

  • Bonne capacité d’initiative, de travail en autonomie, et bon esprit d’équipe.
  • Bon relationnel pour animer des réseaux et travailler en partenariat.
  • Excellentes capacités de rédaction et de synthèse.

Contrat proposé

CDD à objet défini de 24 ou 36 mois selon profil.
Rémunération selon expérience et en fonction de la grille salariale en vigueur à l’Iddri ( ±40k€).
Poste basé à Paris (75006), avec déplacements fréquents.

Comment candidater ?

Les candidatures (CV, lettre de motivation et contacts de trois référents) sont à envoyer avant le 3 février janvier 2020 à :
Yann Laurans (yann.laurans@iddri.org) et Lisa Dacosta (lisa.dacosta@iddri.org)

Les premiers entretiens seront programmés durant la semaine du 17 février 2020
Seules les candidatures présélectionnées seront contactées.

L’Iddri est un employeur qui assure l’égalité des opportunités d’emploi.