Alexandre K. Magnan développe des recherches sur la vulnérabilité et la (mal)adaptation aux changements climatiques et environnementaux. Il travaille sur les zones côtières et les petites îles, en particulier dans l'océan Indien (par exemple, la Réunion, les Maldives, Maurice) et dans le Pacifique (Kiribati, Polynésie française). Il s'intéresse particulièrement aux « trajectoires de vulnérabilité » (caractérisation des facteurs d'influence et de leurs interactions dans le temps), au risque de mauvaise adaptation (typologie, évaluation, étude de cas) et aux voies d'adaptation (principes directeurs), ainsi qu'à la mise en œuvre d'un objectif mondial d'adaptation par la communauté internationale.

Alexandre est titulaire d'un doctorat en géographie (2005, Université de Montpellier 3) et d'une habilitation à diriger des recherches (2018, Université de La Rochelle).

Il a rejoint l'Iddri en octobre 2007.

Alexandre est également membre du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat - Groupe de travail 2 « Impact, vulnérabilité, adaptation », Rapport spécial sur les océans et la cryosphère, et sixième rapport d'évaluation).

Bibliographie

Alexandre Magnan a  publié divers ouvrages :
  • Ces îles qui pourraient disparaître 
  • Des catastrophes... "naturelles" ?
  • Changement climatique : tous vulnérables ?

ainsi que de nombreux articles scientifiques (Science, Nature Climate Change, WIREs Climate Change...).