Contexte et enjeux

L'agriculture, à l'instar d'autres secteurs utilisant des terres, occupe une position unique dans la réponse de l'UE au changement climatique. Elle a le potentiel de réduire ses émissions de gaz à effet de serre grâce à une gestion plus efficace des terres, des cultures et du bétail et d'augmenter les absorptions de dioxyde de carbone (CO2) de l'atmosphère en augmentant le carbone séquestré dans les sols, les arbres et la végétation.

Les émissions de GES du secteur agricole sont maintenant inférieures à ce qu'elles étaient en 2005, mais les réductions ont ralenti au cours de la dernière décennie et, depuis 2012, les émissions ont commencé à augmenter. Avec des réductions plus rapides et plus soutenues dans d'autres secteurs de l'économie, la part de l'agriculture dans les émissions globales de GES de l'UE augmente également, ce qui met plus de pression sur le secteur pour qu'il agisse. De plus, à mesure que les autres secteurs atteignent leur potentiel d'atténuation, il est probable qu'apparaisse une concurrence accrue pour compenser les émissions futures avec des absorptions provenant des secteurs utilisant les terres.

L'Accord de Paris présageait d'un engagement en faveur d'efforts plus ambitieux d'atténuation du changement climatique à l'échelle mondiale. La réponse de l'UE est définie dans le Cadre pour le climat et l'énergie à l'horizon 2030, identifiant des cibles pour une réduction des émissions de 40% d'ici 2030, en accord avec l'objectif de 80% de réduction des émissions dans l'ensemble de l'économie d'ici le milieu du siècle. Pour atteindre ces objectifs, l'UE aura besoin d'une approche stratégique à plus long terme qui définisse le rôle que l'agriculture doit jouer dans le cadre de la transition bas carbone de l'Europe. Cela impliquera une compréhension de ce à quoi pourrait ressembler un secteur agricole à faible émission de carbone ou à émission nulle et l'identification des facteurs et des actions permettant les changements nécessaires.

Objectifs

Apporter ces changements dans le secteur agricole n'est pas sans défis. Contrairement à de nombreux autres secteurs, le changement repose sur les décisions de millions d'agriculteurs individuels qui font face à une demande déjà vaste et croissante sur les terres qu'ils exploitent. Il s'agit notamment de la production alimentaire (pour la consommation au sein de l'UE et à l'exportation) ainsi que de divers services rendus à la société tels que la gestion des bassins versants, la protection des habitats et des espèces, ainsi que des espaces récréatifs et culturels. Équilibrer le rôle du secteur agricole dans la satisfaction de ces demandes, parallèlement à l'intensification de l'action climatique, est crucial.

Le projet vise à relever ces défis, en identifiant les opportunités d'amélioration des mesures d'atténuation du changement climatique par le secteur agricole et en examinant la manière de tirer le meilleur parti des mesures de soutien nécessaires à la réalisation de ce changement. Pour y parvenir, il faudra :

  • élaborer une vision fondée sur des données probantes et pilotée par les parties prenantes pour la transition vers la décarbonation et l'adaptation de l'agriculture de l'UE à l'horizon 2050 ;
  • réunir plusieurs plateformes innovantes d'acteurs pro-réforme à Bruxelles et au niveau national.

Dans la première phase du projet (2017), nous rassemblerons les parties prenantes afin de discuter des besoins requis par les trajectoires pour une agriculture bas carbone et résiliente à l'horizon 2050, soutenues par la recherche autour des principaux moteurs du changement et leurs implications pour le secteur agricole. Nous travaillerons avec, entre autres, les acteurs des secteurs financier et privé pour comprendre leur rôle potentiel dans la transition vers un secteur agricole sobre en carbone et résilient. Une plateforme d'acteurs distincte sera convoquée en France pour comprendre les besoins et les exigences à l'échelle des États membres. Les phases ultérieures viseront à développer, produire et diffuser une feuille de route pour une agriculture européenne résiliente et à faible émission de carbone à l'horizon 2050.