Un article consacré aux politique d'efficacité énergétique en France et en Allemagne depuis les années 1970. Quels types d'instruments ont été et sont utilisés ? Pour quels résultats et quels impacts ? Quels sont les secteurs dans lesquels le potentiel d'amélioration est le plus important ? Quelles conséquences sur les comportements des usagerts et consommateurs ?

Points clés :

  • PEUT-ON DÉCRETER L’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ?

La France comme l’Allemagne mènent depuis les années 1970, et pour des raisons qui ont évolué dans le temps, des politiques de promotion de l’efficacité énergétique. Pour ce faire, les deux pays ont développé un panel d’instruments (des normes aux incitations de marché) dont il est parfois difficile de mesurer les impacts. L’amélioration de l’efficacité énergétique des deux pays s’explique-t-elle par les politiques menées, par l’influence de la régulation européenne ou par les stratégies économiques des acteurs ? Quel est l’impact des différents instruments sur les consommations et les comportements ? Une politique centralisée est-elle plus efficace qu’une approche décentralisée ? La comparaison des résultats obtenus dans les deux pays incite à se garder de tout jugement péremptoire et à repérer les dimensions circonstancielles de réussite des politiques menées.

  • OÙ SONT LES GISEMENTS D’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE ?

Plus de la moitié des mesures d’efficacité énergétique prises par l’Allemagne et la France concernent le bâtiment, loin devant l’industrie (respectivement 27 % et 16 % des mesures prises en Allemagne et la France) et les transports (20 % et 24 % des mesures prises). Néanmoins, cette étude montre que les efforts supplémentaires d’amélioration de l’efficacité énergétique de ces pays devront à l’avenir porter sur le parc existant de bâtiments ainsi que sur le secteur des transports, où le potentiel est le plus difficile à concrétiser.

  • LE PRIX DE L’ÉNERGIE INFLUENCE LES COMPORTEMENTS D’USAGE ET D’ACHAT

Quand on s’attaque à l’efficacité énergétique de secteurs comme les transports, l’industrie ou l’équipement des ménages, les réglementations nationales, régionales ou communautaires rencontrent très vite leurs limites. De même, les incitations ne suffisent pas à changer les comportements si elles ne s’inscrivent pas dans une modification profonde des modes de production et de l’offre de produits sur le marché. Les exemples de la réforme fiscale écologique allemande et de la différence de taxation entre essence et diesel en France montrent une élasticité-prix de la consommation d’énergie, mais aussi une influence du prix sur les décisions d’achat d’équipements (véhicules, appareils électroménagers…).

Télécharger la publication

PDF - 2.87 Mo

36 pages
    Auteur :
  • Loïc Chappoz