Vaches dans un pré - trajectoires agricoles illustration

Trajectoires long-terme et théorie du changement

Alors que le Deep Decarbonization Pathways Project continue à essaimer et à influer sur les politiques énergétiques des seize pays concernés, l’Iddri a lancé, en association avec Rothamsted Research et le Sustainable Development Solutions Network (SDSN) une démarche similaire destinée à transformer les systèmes agricoles et alimentaires à travers l’Agricultural Transformation Pathways Initiative (ATPI).

La théorie du changement y est identique : appuyer le renforcement d’un débat public national en coordonnant les travaux d’équipes locales pour expliciter les termes de la transformation et en réunissant ces équipes au sein d’une plateforme d’apprentissage internationale.

7 équipes-pays ont déjà rejoint le projet

Sept équipes-pays ont déjà rejoint le projet, développant de multiples solutions et outils pouvant contribuer à la transformation des systèmes : France, Royaume-Uni, Pays-Bas, Tunisie, Chine, Uruguay et Nouvelle- Zélande.

Par exemple, les travaux des équipes uruguayennes1 illustrent bien cette théorie du changement : grâce à la définition d’objectifs ambitieux à long terme pour rendre l’élevage bovin extensif durable, ils ont permis de mettre en discussion de manière très concrète la faisabilité d’un scénario alternatif à l’intensification en cours dans les autres pays de la région. Ce scénario a conduit à la définition d’une feuille de route à 2030 validée par l’ensemble du secteur et de la filière.

L’Uruguay a ensuite déployé cette approche participative à long terme pour améliorer la durabilité de la filière laitière et de celle du riz.

ATPI photo de groupe avec l'équipe uruguayenne
Marie-Hélène Schwoob, chercheure Politiques agricoles et alimentaires à l’Iddri, Sébastien Treyer, directeur des programmes de l’Iddri, et les équipes uruguayennes du projet ATPI.

Publication du rapport 2016  Agricultural Transformation Pathways Initiative 2016 [Anglais] 

Les leçons tirées des exercices similaires faits dans les différents pays ont été portées sur la scène internationale, au sein de multiples enceintes telles que le HLPF (New York, juillet 2016), le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (Rome, octobre 2016), la Commission européenne (Bruxelles, mai 2016) et la COP22 (Marrakech, novembre 2016).

<< Revenir à Tous les impacts

  • 1. Instituto Nacional de Investigación Agropecuaria (INIA), Oficina de Programación y Política Agropecuaria (OPYPA), Uruguayan office of Columbia University’s International Research Institute for Climate and Society (IRI)