L'accord d'Escazú adopté le 4 mars 2018, après deux ans de réunions préparatoires et quatre ans de négociations auxquelles le public a participé de manière significative, est le seul accord contraignant émanant de Rio+20 et le premier accord sur l’environnement adopté par la région Amérique latine et Caraïbes. Alors que la communauté internationale réfléchit aux options possibles pour renforcer l’effectivité du droit international de l’environnement dans le cadre des négociations sur un possible Pacte mondial pour l’environnement, l’accord d’Escazú mérite que l’on s’intéresse à la fois à son contenu et au processus qui a permis d’y aboutir.

Messages clés

  • Premier accord contraignant issu de Rio+20, l’accord d’Escazú constitue une véritable avancée du droit international de l’environnement en Amérique latine et dans les Caraïbes, en particulier pour l’application du principe 10 de la Déclaration de Rio. Il souligne l’interdépendance établie entre les droits de l’homme et l’environnement, se fonde sur le principe du développement durable, mentionne spécifiquement la protection des défenseurs des droits de l’homme en matière d’environnement et consacre certains principes important tels que la non-régression et la progressivité.
     
  • Pour parvenir à cet accord, un important travail de sensibilisation et d’explication vis-à-vis des États a été nécessaire. C’est l’aboutissement d’une phase préparatoire de deux ans et de neuf réunions intensives de son Comité de négociation qui s’est appuyé sur plusieurs ateliers de travail et sur la mobilisation d’expertises régionales et internationales.
     
  • La participation active du public à la négociation a été déterminante pour maintenir un niveau d’ambition élevé et permettre d’ajouter des dimensions clés dans le texte qui n’étaient initialement pas prévues. Les délégués gouvernementaux, les représentants du public et du monde universitaire, les experts et d’autres parties prenantes se sont rencontrés et ont participé, en collaboration, aux négociations.

Lire la version en espagnol

Télécharger la publication

PDF - 330.91 Ko

4 pages