Contexte et problématiques


La haute mer, qui recouvre plus des deux tiers de la planète, demeure très peu connue et souffre d’une protection juridique insuffisante contre les menaces qui pèsent sur elle. Or, au niveau international, les discussions avancent lentement, polarisées entre préservation des libertés traditionnelles de la haute mer (liberté de pêche, de navigation, de la recherche scientifique…) et protection de sa fragile biodiversité.

 

Objectifs et stratégie
 

En 2011, l’Iddri a conclu avec l’Agence française des aires marines protégées (AAMP) une convention de partenariat sur les enjeux de la gouvernance de la biodiversité en haute mer. Dans ce cadre, l’Iddri s’attache à décrypter les enjeux des rendez-vous internationaux intéressant la haute mer, que ce soit au niveau régional ou global. Des rapports et notes de synthèse sont régulièrement produits pour nourrir les débats sur des sujets plus spécifiques tels que les aires marines protégées ou, en 2012, l’incorporation des problématiques haute mer dans les conventions de mers régionales. L’objectif est toujours de promouvoir l’établissement des conditions juridiques et politiques qui permettraient des progrès concrets vers la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité en haute mer.

 

Partenaires de recherche et financement
 

Enfin, l’Iddri anime au niveau national un groupe de travail multi-acteurs sur la haute mer, dont la 2e réunion sera convoquée en septembre 2012 pour faire le bilan des avancées obtenues à Rio+20 et décrypter les enjeux de la 11e CdP à la CDB (Hyderabad, Inde, octobre 2012).