Le concept de neutralité carbone, tel que mentionné dans l'Accord de Paris sur le climat en 2015, implique de « parvenir à un équilibre entre les émissions anthropiques par les sources et les absorptions anthropiques par les puits de gaz à effet de serre. ».

La mise en œuvre de cet objectif implique de définir une vision de suffisamment long terme pour une ambition crédible ; l'horizon doit parallèlement être suffisamment proche pour permettre la traduction de cette vision en mesures opérationnelles, tout en prenant en compte la durée de vie des décisions déjà prises. Dans ce cadre, chaque acteur doit définir sa place dans un monde neutre en carbone, en fonction de ses propres contraintes et capacités, sans avoir ni exclusivement ni nécessairement l'objectif d'atteindre la neutralité à son niveau.

Messages clés [en anglais]

Countries interested in reaching carbon neutrality ought to :

  • Urgently act to reach the existing potentials for greenhouse gas emissions’ reduction across sectors, through a combination of technology and behaviour solutions aligned with countries’ development objectives, in order to minimise the level of residual emissions after 2050 and specifically near to zero CO2 net emissions in the energy and the industry sectors;
     
  • Renew approaches to protect natural carbon sinks by targeting the sectoral drivers mostly linked to natural ecosystem degradation and destruction at land and the sea (unsustainable agriculture and its expansion, deforestation, unsustainable fisheries, coastal planning, etc.) and foster changes in practices inside sectors to protect carbon sinks (e.g., soils in agriculture);
     
  • Invest in R&D for carbon capture and storage technologies to deal with the residual emissions, as existing sinks and current innovation options are either not a permanent solution or not ready to operate.
Télécharger la publication

PDF - 103.33 Ko

4 pages