Présentation

Sur la base de la trajectoire indicative de décarbonation du secteur agricole de la Stratégie nationale bas-carbone française, deux scénarios de systèmes alimentaires ont été développés, atteignant tous deux les mêmes objectifs de décarbonation, mais via des trajectoires contrastées tant sur le plan sociopolitique que celui de l’évolution des stratégies économiques des acteurs au sein des filières. La mise en regard de ces deux scénarios permet in fine d’évaluer leurs implications quantitatives (en termes d’emploi et de revenu) et d’identifier les conditions socio-politiques d’une transition juste.

Messages clés

  • Un scénario centré sur les enjeux climat, sans remise en cause des logiques de concentration/spécialisation de la production, s’accompagnerait d’impacts socio-économiques importants : accélération de la disparition des exploitations et des emplois associés (-9 % vs tendanciel), perte d’emplois agroalimentaires (-12 % vs 2015), sans améliorer de manière substantielle la qualité de l’alimentation ou de la biodiversité.
     
  • Un scénario multifonctionnel (climat, biodiversité, santé, emploi) pourrait générer de multiples bénéfices : maintien de l’emploi agricole (+10 % vs tendanciel) sans perte de revenu ; accroissement de l’emploi agroalimentaire (+8 % vs 2015) ; contribution à la restauration de l’agrobiodiversité et au développement d’une offre alimentaire plus alignée avec les recommandations nutritionnelles publiques.
     
  • La viabilité économique d’un tel scénario repose une évolution simultanée de l’offre, de la demande et de l’organisation des marchés, impliquant des changements politiques importants :
    • une approche volontariste de la demande au niveau national, à rebours de la frilosité actuelle sur le sujet, mobilisant une large palette d’outils et permettant de faire du choix le plus sain et le plus durable le plus évident pour le consommateur ;
    • une convergence des visions entre États membres de l’Unions européenne, pour que la mise en oeuvre des plans stratégiques nationaux dans le cadre de la politique agricole commune fixent aux producteurs des objectifs et des conditions de production comparables ;
    • une approche ambitieuse en matière de commerce international pour favoriser et accompagner l’adoption des normes de production ambitieuses.
     
  • Les conclusions tirées de l’analyse de deux secteurs doivent être confortées en les étendant à l’ensemble des secteurs agricoles et des pays de l’UE ; sur le volet revenu agricole, la méthodologie demande encore à être approfondie.
Télécharger la publication

PDF - 353.79 Ko

4 pages