Contexte et enjeux

Le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Indonésie et l’Afrique du Sud se sont tous fermement engagés à atteindre l’objectif de température à long terme de l’Accord de Paris. Ils concentrent leurs efforts d’atténuation nationaux sur la mise en œuvre de leur contribution déterminée au niveau national (CDN) ; dans le cadre de l’Accord, ces contributions devront être renforcées au fil du temps.

 

Cependant, la mise en œuvre et la révision des objectifs d’atténuation, des politiques et des processus posent trois grands défis :

  1. L’absence d’outils permettant de définir des stratégies de transformation à long terme pour des secteurs complexes comme le transport, l’industrie ou l’agriculture/l’utilisation des sols, qui sont traditionnellement mal représentés dans les stratégies ou les plans d’action actuels.
  2. Le besoin d’articuler et de soutenir le processus national d’élaboration de politiques dans les secteurs clés et de veiller à ce qu’il soit compatible avec la transformation à long terme requise par ces secteurs pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.
  3. La nécessité d’instaurer un dialogue approfondi avec la société afin de soutenir le développement d’une politique climatique ambitieuse grâce au renforcement du pouvoir et la coordination des acteurs nationaux.

Les stratégies de développement à faibles émissions de GES sur le long terme sont un outil essentiel pour établir quelles actions prioritaires à court terme ont le meilleur impact sur le changement, à la fois à l’échelle nationale et dans la coopération internationale. Le développement de ces stratégies permet aux acteurs de l’économie politique de participer à un dialogue approfondi sur la transformation, augmentant ainsi la capacité d’atténuation au niveau national. Si elle s’articule avec les mécanismes internationaux, tels que les bilans et cycles de révision, l’élaboration de stratégies de développement à faibles émissions de GES sur le long terme peut également renforcer la capacité internationale d’atténuation.

Le projet

Grâce au soutien de l’International Climate Initiative (IKI) du ministère fédéral allemand de l’environnement, de la protection de la nature et de la sûreté nucléaire (BMU), l’Iddri dirigera pendant trois ans un consortium réunissant des partenaires de haut niveau de cinq économies émergentes : le CentroClima/COPPE (Brésil), le Centre national pour la stratégie et la coopération internationale face au changement climatique (NCSC) et l’Université de Tsinghua (Chine), l’Institut indien de gestion d’Ahmedabad (IIMA), le Centre de recherche sur les politiques énergétiques de l’Institut Teknologi Bandung (CREP-ITB) et l’Université agricole de Bogor (CCROM-IPB) (Indonésie), et enfin le Centre de recherche sur l’énergie de l’Université du Cap (Afrique du Sud). Le projet s’appuie sur la communauté développée grâce au projet Deep Decarbonisation Pathways et partagera son approche méthodologique avec les membres de la plateforme « 2050 Pathways » afin de soutenir leur processus d’élaboration de stratégies à long terme.



Contact

Projet


Focus Pays

 


Supported by

 

logo%20Federal%20Ministry%20for%20the%20Environment%2C%20nature%20conservation%2C%20nuclear%20safety.png

based on a decision of the German Bundestag

 

>> Voir le site web de l' Initiative IKI