REPLAY

La période précédant la COP 26 devrait donner lieu à des évaluations détaillées de l'état d'avancement des tendances et des objectifs en matière d'émissions de GES, et nous pouvons déjà anticiper certaines des principales conclusions. Tout d’abord, les engagements des pays, tels qu’ils apparaissent dans les contributions déterminées au niveau national (NDCs) mises à jour et renforcées, seront insuffisants pour placer le monde sur la bonne voie pour atteindre l’objectif collectif d’une limitation du réchauffement « bien en dessous de 2°C ». En outre, les politiques et les actions concrètes adoptées par les pays sur le terrain ne suffiront pas à atteindre ces objectifs des NDCs. Ces principales conclusions seront très importantes pour orienter les échanges à la COP 26, car elles permettront d’attirer l’attention du grand public sur le besoin d’accélérer la mise en œuvre des mesures et aideront à exercer une pression sur les négociateurs pour que les décisions de la COP 26 reflètent l’urgence de cette accélération.

Cet événement a été pour nous l’occasion de présenter un rapport adoptant une perspective différente et complémentaire sur l’ambition climatique. Ce rapport vise à guider efficacement l'augmentation progressive de l'ambition, telle qu'elle est organisée par le processus des cycles de l'Accord de Paris. Dans ce but, il cherche à défricher le champ des trajectoires d’émissions, en analysant les conditions de faisabilité multidimensionnelles qui rendront possible les transformations profondes et systémiques indispensables pour atteindre l’objectif à long terme. Cela nécessite de s’éloigner d’une perspective purement mondiale pour tenir compte de la nature hétérogène des transformations et des aspects multiformes des transitions dans différents secteurs et pays. L’analyse du rapport est donc principalement menée sous l’angle des perspectives nationales et sectorielles, dans le but d’évaluer les progrès réalisés et d’identifier les principaux points de blocage et obstacles qu’il reste à surmonter pour améliorer la capacité du pays ou du secteur à aligner son ambition sur l’objectif d’atténuation de l’Accord de Paris.

D’une part, le rapport propose une analyse équilibrée et concrète permettant de déterminer si, au-delà des déclarations politiques symboliques des décideurs de haut niveau, il existe des signaux clairs, concrets et crédibles de progrès suggérant que le processus de l’Accord de Paris peut être efficace pour atteindre ses objectifs collectifs. D’autre part, le rapport propose un exemple de mise en œuvre d'une évaluation transversale et ascendante des progrès collectifs et des ambitions envisagées, deux ans avant le Bilan mondial de 2023.


Programme : 

  • Modératrice : Megan Darby, éditrice, Climate Home News Climate Home NEws good banner
  • 14h00 – 14h05 : Mots d'accueil, Sébastien Treyer (Iddri)
  • 14h05 – 14h15 : Présentation du rapport, par Marta Torres Gunfaus (Iddr)
  • 14h15 – 14h45 : Panel d’auteurs (représentants de pays et de secteurs) 
    Rodrigo Palma, Centre de l'Energie à l'Université du Chili
    Chukwumerije Okereke, Université Alex-Ekwueme Ndufu-Alike (AEFUNAI), Nigéria
    Claire Healy, E3G, États-Unis
    Emily Hosek, Partenariat pour un transport durable à faibles émissions de carbone (SLOCAT) 
    Amit Garg, Institut du Management d'Ahmedabad (IIMA), Inde 
  • 14h45 – 15h30 : Panel de répondants :
    Micol Salmeri, chercheure à la Plateforme 2050 Pathways
    Tasneem Essop, directrice exécutive du réseau international : Réseau Action Climat (RAC/ CAN)
    Monica Araya, conseillère spéciale du champion de haut niveau de l’action climatique pour la COP26
    David Waskow, directeur de l'Initiative internationale pour le climat du think tank américain WRI
    Youba Sokona, vice-président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec)

  • 15h15 – 15h55 : Discussion

  • 15h55 – 16h00 : Clôture par Megan Darby