Contexte et enjeux

L’artificialisation des sols désigne la conversion d’espaces agricoles et naturels pour des usages tels que l’habitat, les activités économiques ou les transports. En France, on estime qu’elle concerne l’équivalent d’un département tous les 10 ans. Elle génère de nombreux impacts : destruction et fragmentation d’habitats naturels – ce qui en fait une pression majeure sur la biodiversité –  augmentation de la pollution de l’air et de l’eau, mais aussi des émissions de gaz à effet de serre. 

artificialisation-sols.jpg

Objectifs

Ce projet vise à mieux comprendre les déterminants socio-économiques de l’artificialisation. Il cherche notamment à identifier les usages responsables de la consommation d’espace, et à analyser les logiques d’acteurs qui expliquent la progression et la localisation de ces usages. Pour réduire le rythme de la consommation d’espace, il est en effet crucial d’identifier les principaux déterminants sur lesquels il est possible d’agir. Il s’agit également d’étudier dans quelle mesure les politiques publiques peuvent freiner l’artificialisation, ou au contraire l’accentuer, et d’évaluer leur pertinence au vu des déterminants identifiés – en cherchant à tirer des leçons de la comparaison internationale.

Ce projet se décline en trois volets :

  1. Une analyse de la littérature scientifique internationale abordant les facteurs explicatifs de l’artificialisation et de l’étalement urbain.
     
  2. Un état des lieux, sur plusieurs régions françaises, des dynamiques de l’artificialisation, de ses implications pour la biodiversité, et des types d’usages responsables de la consommation d’espace.
     
  3. Des études de cas et entretiens d’acteurs visant à approfondir deux aspects : d’une part la logique économique et les processus à l’œuvre chez les acteurs privés de l’aménagement et de la construction, et d’autre part les modalités d’application d’instruments de politiques publiques, leurs effets réels et potentiels sur la consommation d’espace.

Les études de cas sont situées en France et en Allemagne et permettent de comparer les succès et échecs des systèmes de gestion dans ces deux pays. 

Les prochains évènements du projet

Tous les évènements du projet