Contenir le réchauffement climatique sous les 2°C suppose d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, voire avant. Un tel objectif suppose des efforts massifs dans la plupart des secteurs économiques (énergie, transport, industrie ou bâtiment...). Le secteur agricole a encore été peu l'objet des débats sur son rôle pour l'atteinte de la neutralité carbone, qui suppose également des transformations profondes dans ce secteur.

Trois directions simultanées apparaissent nécessaires :

  • réduire les émissions directes du secteur agricole,
  • augmenter la production de biomasse permettant de substituer du carbone fossile (pour l’énergie ou les matériaux) par du carbone renouvelable,
  • accroître les capacités de stockage du secteur des terres (dans les sols et les éléments boisés) afin de compenser les émissions résiduelles des différents secteurs.

Quelles transformations des systèmes agricoles et plus largement du système alimentaire européen sont compatibles avec ces objectifs ? Pour quels impacts sur l’usage des terres en Europe et la biodiversité associée ?

Pierre-Marie Aubert, coordinateur de l'initiative Agriculture européenne de l’Iddri et Ben Allen, directeur du programme Agriculture et Aménagement du territoire, IEEP débattront autour de ces questions.

Les interventions seront animées par Sébastien Treyer, directeur des programmes de l’Iddri.


Le séminaire se déroulera en anglais, et les interventions seront suivies d'échanges avec la salle.